Pourquoi Avez-Vous Peur d’Écrire Votre Livre (Et Comment Battre Cette Peur)

Traduction du post de Tucker Max "Why You're Afraid To Write Your Book (And How To Beat Fear)".

Vous savez que vous portez un livre en vous et vous savez que vous devez l’écrire. Il vous aidera à gagner en autorité et en visibilité, il vous mettra en face des bonnes personnes et vous amènera des clients et des affaires.

Mais il vous semble juste que vous ne pouvez le faire. Dans tous les autres domaines de votre vie, vous êtes un travailleur acharné et consciencieux. Qu’est-ce qui fait qu’écrire un livre vous semble impossible ?

Pour certaines personnes, c’est juste qu’ils ne connaissent pas le processus, ou qu’ils ne trouvent pas le temps. Mais il y a beaucoup de façons d’apprendre comment écrire un livre, et plusieurs façons de trouver plus de temps. Si c’était juste sur comment accéder à l’information, votre livre serait écrit.

Il ne s’agit pas juste d’informations. C’est la peur. Il y a quelque chose au sujet de l’écriture ou de la publication d’un livre qui a déclenché une peur profonde, et qui crée un véritable obstacle pour que vous démarriez ou terminiez votre livre.

J’ai vu ou vécu à peu près pour chaque livre la peur qui est derrière (parce que j’ai moi-même écrit 5 livres, et que j’ai une entreprise qui aide les gens à transformer leurs idées en livres). Voici les trois principales craintes, et comment vous pouvez facilement les dépasser :

Peur n°1 : « Je ne sais pas si j’ai un livre en moi. »

C’est une peur très raisonnable. Si vous n’êtes pas sûr de pouvoir faire quelque chose, il est tout à fait sain et normal d’avoir peur de celle-ci. Par exemple, si je ne sais pas si je peux nager, j’ai un peu peur de sauter dans l’eau. Et cela fait sens — la peur me garde en sécurité.

C’est la clé pour comprendre cette peur ; il s’agit juste d’incertitude. Si vous pouvez supprimer l’incertitude, la peur disparaîtra. Alors, comment faites-vous cela ? Comment pouvez-vous savoir si vous avez un livre en vous ? Il existe un très bon test pour vous aider à le comprendre (c’est exactement ce que nous faisons avec nos auteurs) :

  • Est-ce que les gens vous demandent des conseils ?
  • Est-ce que les gens paient pour la connaissance, la sagesse ou l’information qui est dans votre tête ?
  • Quelles connaissances, sagesse ou informations avez-vous que d’autres personnes trouvent utile ?

Les réponses à ces questions sont votre livre.

Ne pas savoir si vous avez un livre en vous c’est habituellement d’être si proche de quelque chose que vous ne pouvez même pas voir que d’autres personnes apprécient ce que vous savez. C’est très commun en fait. Dans mon entreprise, nous voyons des personnes qui ne sont pas sûr d’avoir un livre en eux, et après une conversation de dix minutes, ils se rendent compte qu’ils ont deux ou trois livres.

Ils sont tellement près de leur sujet qu’ils ont oublié que les autres ne savent pas ce qu’ils savent.

Peur n°2 : « Je ne sais pas si quelqu’un y fera attention. »

La première chose à faire est de réexaminer les questions ci-dessus — si les gens vous demandent ou vous payent pour obtenir des conseils, ils vont aussi acheter votre livre.

Une autre façon de vérifier si vous avez un livre en vous est de regarder votre sujet sur Amazon. S’il y a d’autres livres sur ce sujet, c’est un grand signe que vous avez un public pour votre livre. D’autres livres signifient qu’il y a un marché.

Par exemple, si vous alliez écrire un livre sur la façon de vendre des courtepointes à des fraternités, il n’y a rien en ligne à ce sujet (vraiment, je viens de vérifier). C’est presque certainement parce qu’il n’y a pas un énorme marché pour les courtepointes parmi les fraternités.

Rappelez-vous cependant : il ne doit pas y avoir un énorme marché pour indiquer que les gens y font réellement attention. Si vous écrivez un livre sur la façon dont un chirurgien peut gérer sa carrière, il n’y a pas un énorme marché pour lui, mais il y a des dizaines de milliers de chirurgiens et de nouveaux s’ajoutent chaque année. Ce livre se vendra très bien, mais à un marché relativement restreint de personnes.

Ce qui rend cette peur compliquée c’est que ce que les personnes veulent vraiment dire, derrière tout ça, est « Je ne sais pas si quelqu’un se soucie de moi. »

C’est parce que beaucoup de gens voient leurs livres comme eux, comme une partie de leur identité. Si le livre est populaire, alors ils sont très populaires. Si le livre ne se vend pas, alors ils se considèrent comme impopulaire.

Ceci est un moyen très dangereux de regarder un livre. Et ce n’est pas la façon dont pensent 99,9 pour cent des lecteurs.

C’est essentiel de retenir que personne ne se soucie du livre de personne. Les gens ne se soucient que des livres qui leur apportent ce qu’ils veulent.

Demandez-vous, « Quelqu’un a-t-il ce problème pour lequel mon livre les aidera ? Quelqu’un a-t-il besoin de cette connaissance ou de cette idée dans ma tête ? »

Si cela est vrai, alors les gens vont se soucient vraiment de votre livre, car il les aide.

Peur n°3 : « Je ne veux pas avoir l’air stupide. »

La troisième crainte est probablement le plus commune. Il peut y avoir différentes choses qui se passent ici.

Je pense que les peurs 1 et 2 sont un peu intégrées. Si vous ne savez pas si vous avez un livre en vous ou ne savez pas si votre livre va être intéressant pour un autre, elles peuvent se combiner pour faire apparaître cette peur de paraître stupide. Si vous dépasser l’une et/ou l’autre, pour la plupart des gens, les craintes de la troisième se dissiperont.

Mais pas toujours. Nous avons vu des clients qui savent qu’ils ont un livre en eux, et savent qu’il y a un public pour leur livre — mais qui ont toujours peur de diffuser leur livre, et la seule raison qu’ils peuvent donner est qu’ils ont peur d’avoir « l’air stupide ».

Que se passe t-il ici ? Je pense que pour beaucoup de gens (pas tous), cela est le syndrome de l’Imposteur.

Le Syndrome de l’Imposteur est lorsque quelqu’un, même les personnes très accomplies avec de nombreux pouvoirs, a profondément peur qu’il pourrait l’être. Que leurs idées et leur sagesse ne sont pas si grand, et qu’un livre va les exposer comme des fraudeurs.

Cela ne veut pas dire que ce sont des fraudeurs. Loin de là. Les personnes atteintes du Syndrome de l’Imposteur se sentent ainsi malgré les preuves évidentes de leur compétence, et presque peu importe ce que vous leur dites, ils restent convaincus qu’ils ne méritent pas leur succès, et qu’ils ne sont pas aussi intelligents ou capables que ce que tout le monde pense d’eux.

Je ne vais pas prétendre que je peux vous apprendre à surmonter le Syndrome de l’Imposteur (la seule chose, j’ai le problème inverse — je pense que je suis bien meilleur que je le suis). Mais je peux vous montrer une façon de recadrer votre relation avec votre livre qui a fonctionné pour de nombreux auteurs :

Comprenez que votre livre n’est pas à votre sujet.

Si  votre livre n’est pas à votre sujet, alors il s’agit de partager vos connaissances et la sagesse avec des gens qui le veulent vraiment. Cela signifie qu’il n’est plus un jugement de vous — bon ou mauvais. Il est seulement jugé sur l’aide qu’il apporte à d’autres personnes ou non. C’est objective et externe à vous.

Vous pouvez toujours penser que vous êtes stupide et un fraudeur, mais si d’autres personnes veulent lire votre « stupidité », alors vous ne devriez pas avoir peur de l’écrire, parce que votre livre n’est pas pour vous, il est pour eux.

Pour ce recadrage, vous devez répondre à la peur n°2 avec des preuves claires que les gens veulent votre livre. Mais une fois que vous faites cela — une fois que vous accumulez la preuve que les gens veulent lire vos pensées — alors vous devriez être en mesure d’aller au-delà de cette peur, au moins pour votre livre.


Tucker Max est le co-fondateur et PDG de Book In A Box, et un auteur numéro un du New York Times bestselling. Il habite à Austin.

 

One thought on “Pourquoi Avez-Vous Peur d’Écrire Votre Livre (Et Comment Battre Cette Peur)

  1. Pingback:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *